Tutelles

BSN

La Bibliothèque scientifique numérique (BSN) est un projet initié en 2008, inscrit dans la feuille de route des infrastructures de recherche, qui vise deux objectifs principaux : répondre aux besoins des chercheurs en portant l’offre qui leur est fournie en information scientifique et technique (IST) à un niveau d’excellence et la visibilité de la recherche française. BSN vise ainsi à mettre en place un pilotage politique partagé par les grands acteurs de l’enseignement supérieur et de la recherche, offrant des services à l’ensemble des communautés quel que soit leur statut, et à créer de nouveaux modèles et équilibres économiques entre acteurs publics et privés dans l’édition scientifique.

BSN est composée de 9 segments d’activité pour lesquels des actions ont été initiées par différents opérateurs : spécialistes de la documentation, de l’IST, laboratoires de recherche, etc. L’infrastructure BSN vise à monter en qualité, à donner de la cohérence à ces actions par leur mise en réseau et à améliorer le ratio coût/efficacité.

OpenEdition participe au segment n°7 de BSN intitulé “L’édition scientifique : coordination de l’aide publique, soutien à l’innovation de nouvelles formes d’édition et de nouveaux modèles économiques, etc.” et anime, sur la plateforme de blogs de recherche Hypothèses, Le Carnet de BSN 7 http://bsn7.hypotheses.org/

cnrs

Le CNRS, Centre national de la recherche scientifique, est un EPST, Établissement public à caractère scientifique et technologique, placé sous la tutelle du Ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche. Principal organisme public de recherche en France, sa vocation est de produire du savoir et mettre ce savoir au service de la société. Il exerce son activité dans tous les champs de la connaissance scientifique, technologique et sociétale, en s’appuyant sur plus de 1100 unités de recherche et de service labellisés dont la plupart sont co-gérées avec d’autres structures. Il développe, de façon privilégiée, des collaborations entre spécialistes de différentes disciplines, et tout particulièrement avec l’université, ouvrant ainsi de nouveaux champs d’investigations qui permettent de répondre aux besoins de l’économie et de la société. Il construit une tradition d’excellence et accueille, depuis sa création en 1939, une longue liste de chercheurs éminents, de lauréats du Prix Nobel et de la Médaille Fields.

Le CNRS figure au quatrième rang mondial et au premier rang européen selon le classement mondial « Webometrics », qui mesure la visibilité des instituts de recherche sur Internet. Il figure au premier rang mondial selon l’institut Scimago qui intègre les institutions de recherche et les universités dans un classement fondé entre autres sur la production scientifique, le nombre de citations, la collaboration internationale et la base Scopus intégrant plus de 18 000 revues scientifiques.

Le CNRS est présent dans toutes les disciplines majeures regroupées au sein de dix instituts dont trois sont nationaux. OpenEdition fait partie de l’INSHS, l’Institut des national des sciences humaines et sociales.

Aix-Marseille Université

L’Université d’Aix-Marseille ou Aix-Marseille Université est une université française pluridisciplinaire créée le 1er janvier 2012 par la fusion des trois universités d’Aix-Marseille existantes précédemment : l’Université de Provence, l’Université de la Méditerranée et l’Université Paul Cézanne. Les campus sont situés principalement dans les villes d’Aix-en-Provence et de Marseille. Son siège est à Marseille, au Pharo. Grande université pluridisciplinaire, elle dispense des formations tant en arts, lettres, langues, qu’en sciences humaines et sociales et en sciences et technologies. Ces formations s’appuient sur plus de soixante unités de recherche labellisées de niveau international.

L’histoire de l’Université d’Aix-Marseille s’inscrit dans la prestigieuse histoire des plus anciennes universités européennes. Ses origines remontent au début du XVe siècle, à Aix-en-Provence, avec l’enseignement de la grammaire, de la théologie et du droit. Héritière, par ailleurs, de la tradition scientifique développée en Provence depuis le XVIIe siècle, l’Université d’Aix-Marseille a conservé un caractère pluridisciplinaire marqué.

L’Université d’Aix-Marseille compte près de 72 000 étudiants, dont 10 000 étudiants internationaux, 7 680 personnels, enseignants-chercheurs, enseignants, ingénieurs, techniciens et administratifs, 12 écoles doctorales et près de 3 800 doctorants. Elle est composée de 132 structures de recherche – 118 unités de recherche et 14 structures fédératives – en lien avec les plus grands organismes  de recherche (CNRS, INSERM, IRD, INRA, CEA).

PageLines- logo-EHESS.jpg

L’École des hautes études en sciences sociales forme des docteurs dans toutes les disciplines des sciences humaines et sociales (histoire, anthropologie, sociologie, économie, géographie, linguistique, psychologie et sciences du langage, démographie, sciences de la cognition, science politique, philosophie et mathématiques), mais elle n’est pas une université. Forte de 47 centres de recherche, dont 37 sont des unités mixtes avec le Centre National de la Recherche Scientifique, elle ne constitue pas pour autant un établissement de recherche de facture classique. Ordonnée à la formation à la recherche par la recherche, elle organise son activité autour du maillage de ses séminaires de recherche d’une part, de ses programmes de recherche d’autre part, de ses activités éditoriales enfin, en privilégiant l’interdisciplinarité et en favorisant la transversalisation des questionnements et des méthodes. Cette conception de la recherche en sciences sociales conduit l’EHESS à donner une place toute particulière en son sein aux aires culturelles, et à promouvoir activement la pratique de l’interlocution entre les sciences sociales et les autres sciences (les sciences du vivant, notamment) d’une part, entre les sciences sociales et les activités de création (littéraire ou artistique) d’autre part.

PageLines- UAPV.jpeg
L’Université d’Avignon et des pays de Vaucluse, fondée il y a plus de 700 ans, accueille à ce jour plus de 7 500 étudiants dans des locaux dédiés à l’Enseignement et à la Recherche.
L’université d’Avignon est dotée d’une quinzaine de laboratoires de recherche. Elle est également dotée d’une Fondation, qui vise à collecter des ressources nouvelles pour soutenir l’université dans l’accomplissement de ses missions et à rapprocher l’université du monde socio-économique à travers la promotion d’une culture d’ouverture et d’échange avec les entreprises et les acteurs sociaux et politiques autour de ses deux axes identitaires :
– Agro & Sciences
– Culture, Patrimoines, Sociétés Numériques

Investissements d'avenir

Le projet Digital Library for Open Humanities (DILOH) a reçu le 14 février 2012 le Label Equipex des investissements d’avenir. Le jury et le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche reconnaissent ainsi OpenEdition comme domaine stratégique de la recherche et l’innovation. OpenEdition sera doté de 7 millions d’euros sur 8 ans, et construira une bibliothèque internationale pour l’édition en libre accès et les humanités numériques.

Le projet est porté par le Centre pour l’édition électronique ouverte (Cléo, Marseille, Paris et Lisbonne), en partenariat avec le Centre pour la communication scientifique directe (CCSD, Lyon), le Laboratoire des sciences de l’information et des systèmes (LSIS-CNRS, Marseille), le Roy Rosenzweig Center for History and New Media (CHNM, Washington) et Open Access Publishing in European Networks (Oapen, La Haye).

DARIAH-EU Logo

La cyber-infrastructure DARIAH-EU (Digital Research Infrastructure for Arts and Humanities) œuvre pour la coordination des humanités numériques au niveau européen. Ses objectifs sont la mise en valeur, le développement et le soutien de la recherche en sciences humaines. Dariah propose des outils et des services destinés à faciliter l’activité des chercheurs dans toutes ses dimensions : collecte, analyse, production et conservation de données, entendues ici au sens large. Ces outils et services s’appuie sur les technologies de l’information et de la communication, et sur les normes et standards édictés par les organisations internationales telles que le W3C, le Consortium TEI, etc. Au delà de la mutualisation et de la mise à disposition de masses de données et de nouveaux outils et services d’exploitation de ces données, Dariah constitue aussi une instance de recommandation à tous les niveaux de la communauté scientifique que ce soit les chercheurs, les politiques ou les bibliothèques.

Le cadre juridique de Dariah est un ERIC (European Research Infrastructure Consortium). Sont membres de cette structure non des institutions mais des États ou des organisations internationales. Le projet est co-piloté par l’Allemagne, les Pays-Bas et la France. D’autres pays sont progressivement associés au projet.