2015

Extrait du Rapport d’activités du Cléo 2015.

Introduction

En 2015, toutes les plateformes du Centre pour l’édition électronique ouverte ont poursuivi leur développement. En dépassant 64 millions de visites (45 millions en 2014), OpenEdition a connu une croissance de sa fréquentation de 32 % cette année (+ 23 % en 2014). Avec une régularité exemplaire, Calenda a encore publié plus de 3 100 événements et appels à contributions et a désormais dépassé le seuil symbolique des 30 000 événements publiés. Revues.org a mis en ligne 34 revues. OpenEdition Books a diffusé 1 000 ouvrages supplémentaires (pour 700 en 2014). Hypothèses a ajouté plus de 450 carnets au catalogue, et les candidatures continuent d’affluer. Les offres OpenEdition Freemium ont également montré leur dynamisme, voyant les résultats commerciaux de l’offre relative aux revues et aux livres progresser sérieusement. Une nouvelle organisation interne a été mise en place, notamment pour le développement international (avec la création d’un Service développement international rattaché au Pôle direction) et pour OpenEdition Lab (avec la création d’une cellule recherche, développement et innovation, également rattachée au Pôle direction).

Les tutelles du Cléo ont fortement soutenu le projet de consolidation de l’activité de l’unité en 2015, le CNRS apportant 3 postes en 2015 et 2 postes en 2016. Cependant, le jeu combiné de la mobilité des titulaires et des contraintes imposées par la Loi Sauvadet ont un impact sur la stabilité de l’emploi au Cléo. La réduction de cette instabilité est une priorité stratégique.

OpenEdition

OpenEdition. Nombre de visites annuelles en millions (2011-2015)
La progression de la fréquentation d’OpenEdition se poursuit avec une croissance importante de 38 % en 2015 (pour 46 % en 2012, 26 % en 2013 et 23 % en 2014).

oe_visites_millions_2015

Nombre de documents publiés sur OpenEdition (année de publication déclarée) (1999-2015)
Alimentées essentiellement selon le modèle de l’appropriation, les plateformes du Cléo connaissent une importante croissance documentaire, avec près de 65 000 nouveaux documents pour l’année 2015, soit 6 fois plus que pour l’année 2006.

oe_documents_2015

Fréquentation mondiale de l’ensemble des plateformes d’OpenEdition en 2015
Les quatre premiers pays consultant OpenEdition sont, dans l’ordre, la France, les États-Unis, les Pays-Bas et l’Allemagne.

openeditionmonde2015

 

Fréquentation européenne de l’ensemble des plateformes d’OpenEdition en 2015
La carte européenne de fréquentation montre l’intensité de l’usage francophone (France, Belgique, Suisse) et la croissance des usages en Europe du Nord (Pays-Bas, Allemagne). Enfin, la fréquentation en rapport à la population est élevée à certaines extrémités géographiques de l’Europe (Portugal, Norvège).

 

openeditioneurope2015

 

Revues.org

Revues.org. Nombre de visites annuelles en millions (2011-2015)
Revues.org est la plateforme d’OpenEdition attirant le plus de visites. En 5 ans, le nombre de visites sur le plateforme Revues.org a été multiplié par 2,2. Entre 2011 et 2014, le nombre de visites a progressé de manière constante avec environ 5 millions de visites en plus tous les ans. En 2015, la fréquentation de la plateforme a gagné 10 millions de visites supplémentaires.

revues_visites_millions_2015

Revues.org. Fréquentation mondiale en 2015
Revues.org est la plateforme la plus ancienne et la plus consultée d’OpenEdition. Les quatre pays qui la consultent le plus sont, dans l’ordre : la France, les États-Unis, l’Allemagne.

revuesorgmonde2015

Revues.org. Fréquentation européenne en 2015
La France fournit le plus grand nombre de lecteurs à Revues.org, suivie par l’Allemagne. Le lectorat de la plateforme se concentre essentiellement en Europe occidentale : Belgique, Suisse, Portugal, Espagne, Italie, Grande-Bretagne et Pays-Bas.

revuesorgeurope2015

Revues.org. Nombre de revues adhérentes et en ligne (2000-2015)
En 15 ans, le nombre de revues acceptées et mises en ligne sur la plateforme n’a cessé d’augmenter. Il confirme l’attractivité de la plateforme pour les revues. Cependant, il y a toujours un décalage entre le moment de l’adhésion et celui de la mise en ligne d’une nouvelle publication. Lorsque toutes les conditions sont réunies pour suivre un projet de mise en ligne, il faut compter six mois en moyenne pour inaugurer un site. Notons que c’est en 2011 et 2012 que l’écart entre les revues acceptées et les revues en ligne a été le plus important. Depuis, le pôle édition a fait évoluer son offre de formation et le processus de prise en charge des revues, l’écart a donc diminué et cette tendance devrait se confirmer au cours des prochaines années.

revues_adherentes_enlignz_2015

Revues.org. Politique d’accès – décembre 2015
69% des revues présentes sur Revues.org ont fait le choix de la diffusion en accès ouvert. Le modèle Open Access Freemium, qui permet aux revues de combiner une diffusion en open access et une source de revenu grâce à la commercialisation des formats de lectures détachables, gagne du terrain par rapport à la diffusion avec barrière mobile.

revues_politiqueacces_2015

Revues.org. Progrès de l’open access (2011-2015)
Durant les cinq dernières années, le nombre de revues publiant en open access a progressé. En 2011, année de la mise en place du modèle de diffusion Open access Freemium, la moitié des revues diffusaient leurs contenus en accès ouvert. En 2015, elles représentent les deux tiers des revues. Le développement du modèle de diffusion Open Access Freemium a largement contribué à permettre à des revues à barrière mobile d’adopter une diffusion en accès ouvert.

revues_openaccess_2015

OpenEdition Books

OpenEdition Books. Nombre de visites annuelles en millions (2013-2015)
L’augmentation de la fréquentation (+ 57% en un an) est directement corrélée au développement du nombre de documents sur la plateforme (+ 60 %, passant de 1 600 à 2 600). Si les sites éditeurs ayant les catalogues les plus importants sont les plus visités, on note une visibilité relativement plus forte d’éditeurs non francophones ou non entièrement francophones dont les publications sont dédiées à des aires culturelles identifiées : ainsi le Cemca (Centro de Estudios Mexicanos y Centroamericanos), publiant  majoritairement en espagnol, les presses de l’Ifpo (Institut français du Proche-Orient) publiant en français, anglais et arabe, ou l’Ifra-Nigeria publiant très majoritairement en anglais.

books_visites_millions_2015

OpenEdition Books. Fréquentation mondiale en 2015
OpenEdition Books reste une jeune plateforme, qui n’a pas encore atteint une masse critique suffisante pour disposer d’une visibilité comparable à celle de Revues.org. La France est le premier pays à consulter la plateforme, les États-Unis étant le deuxième, suivi par l’Allemagne. L’existence d’une proportion significative de livres en espagnol explique un rayonnement non négligeable en Amérique latine, Mexique en tête.

booksmonde2015

OpenEdition Books. Fréquentation européenne en 2015
La France et l’Allemagne, puis l’Italie et l’Espagne, enfin la Belgique et la Suisse, sont les principaux lecteurs d’OpenEdition Books. La Norvège et l’Irlande se distinguent parmi les pays dont la fréquentation relative à la population est élevée.

bookseurope2015

OpenEdition Books. Nombre de livres en ligne (2013-Prévisions 2016)
La prévision (4 000 livres pour la fin 2016) est fondée sur les ouvrages qui ont été acceptés et qui sont déjà intégrés dans notre chaîne de publication-diffusion.

books_nombre_2015

Hypothèses

Hypothèses. Nombre de visites annuelles en millions (2011-2015)
En 2015, Hypothèses a poursuivi sa croissance et a développé son attractivité, multipliant quasiment par six le nombre de visites annuelles sur la plateforme depuis 2011. Hypothèses confirme par là-même son statut d’acteur majeur dans le paysage du blogging scientifique francophone et international.

hypotheses_visites_millions_2015

Hypothèses. Fréquentation mondiale en 2015
Hypothèses est la deuxième plateforme la plus consultée d’OpenEdition. Sa croissance est importante, et son rayonnement international très significatif. La France est suivie par les Pays-Bas puis par les États-Unis, l’Allemagne et, secondairement, le Royaume Uni. Les cartes d’Hypothèses sont les plus difficiles à interpréter car la plateforme fait l’objet d’attaques quotidiennes ciblées sur le logiciel WordPress, le CMS le plus répandu sur la planète. Si nous avons mis en place des algorithmes de protection qui inscrivent sur liste noire provisoire les machines suspectées, nous ne pouvons pas agir avant le début de l’activité anormale. La forte présence des Pays-Bas, de la Russie et de la Chine sont peut-être la trace résiduelle de telles tentatives de spam et de prise de contrôle. Il ne faut donc pas surinterpréter ces résultats.

hypothesesmonde2015

Hypothèses. Fréquentation européenne en 2015
La carte européenne de la fréquentation d’Hypothèses montre un usage plus important dans les pays d’Europe centrale et de l’Est que les autres plateformes d’OpenEdition. Cela s’explique peut être par l’importance de l’Allemagne, qui a développé depuis de nombreuses années un partenariat avec Hypothèses via la Max Weber Stiftung, qui organise des formations, rédige de la documentation et anime la communauté des carnetiers allemands. L’importante fréquentation néerlandaise est plus difficile à interpréter. Il est possible qu’elle s’explique par une proximité culturelle entre les Pays-Bas et l’Allemagne. On notera l’importance des usages d’Hypothèses en Norvège et en Suède : d’ampleur moyenne en valeur absolue, ils sont significatifs en valeur relative à la taille de la population de ces pays.

hypotheseseurope2015

Hypothèses. Nombre cumulé de carnets créés et ajoutés au catalogue depuis 2011
Avec plus de 600 carnets créés en 2015, Hypothèses confirme l’accélération de sa croissance amorcée en 2013. Ce nombre toujours conséquent témoigne par ailleurs du fort besoin exprimé par la communauté académique, auquel répond parfaitement la plateforme. Le nombre de carnets ajoutés au catalogue est quant à lui marqué par un bond en avant significatif, en lien avec une restructuration de l’équipe d’Hypothèses, ayant augmenté ses capacités de travail et son efficacité. Cette donnée indique également la proportion importante, sur la plateforme, de carnets dont les contenus sont riches et valorisables.

hypotheses_catalogue_2015

Calenda

Calenda. Nombre de visites annuelles en millions (2010-2015)
Le nombre de visites annuelles sur Calenda est stabilisé depuis 2012 à environ 1,5 millions.

calenda_visites_millions_2015

Calenda. Fréquentation mondiale en 2015
La France et les États-Unis sont les deux pays consultant le plus Calenda, suivis d’assez loin par l’Allemagne. Si 70% des événements ont lieu en France, 30% ont lieu à l’étranger, ce qui marque bien le rayonnement international du calendrier des Lettres et des Sciences humaines et sociales. Par ailleurs, Calenda joue fortement son rôle de diffusion de l’information en amont des événements scientifiques et des projets de publication, puisque 50% des événements sont des appels à contribution. Nous continuons à encourager les revues de Revues.org à utiliser ce service, qui est devenu incontournable en SHS pour développer le potentiel de confrontation des idées entre des communautés de recherche, ouvertes au-delà des frontières disciplinaires historiques.

calendamonde2015

Calenda. Fréquentation européenne en 2015
La France et l’Allemagne, à nouveau, constituent les principaux pays européens qui consultent Calenda, avec, de même, une forte présence relative des pays francophones limitrophes de l’hexagone. On peut également noter la présence forte du Royaume Uni, de l’Italie, de l’Espagne, du Portugal et des Pays-Bas.

calendaeurope2015

Calenda. Nombre annuel d’annonces suggérées et publiées (2000-2015)
Le nombre d’annonces suggérées et publiées sur Calenda reste stable en 2015, année qui a vu le nombre total d’annonces publiées sur Calenda dépasser la barre des 30 000.

calenda_suggestions_publications_2015

L’internationalisation

La reconnaissance d’OpenEdition en 2016 comme Infrastructure de recherche nationale est le premier pas vers une candidature pour une labellisation en tant qu’infrastructure européenne.

L’infrastructure européenne OPERAS

En 2015, OpenEdition a pris l’initiative de structurer son réseau de partenaires européens autour d’un projet visant à construire une infrastructure européenne pour les publications de sciences humaines en accès ouvert. Intitulée OPERAS – Open access Publication in the European Research Area for Social sciences and humanities, cette initiative rassemble à la fin 2015, 12 partenaires en provenance de 5 pays européens. Plusieurs réunions du Consortium ont été organisées ainsi que des présentations publiques à l’occasion de  la Conférence annuelle de l’Open Access Scholarly Publishers Association (OASPA) et au cours d’un workshop organisé par la Commission Européenne sur les modèles alternatifs de publication en accès ouvert. Début 2016, le Consortium prépare plusieurs réponses à des appels d’offre européens au sein du programme-cadre Horizon 2020
Voir : http://operas.hypotheses.org

OpenAire 2020

En partenariat avec le Consortium Couperin, OpenEdition participe au projet OpenAire 2020 en menant à bien une expérimentation concernant l’évaluation ouverte par les pairs, sous la direction de l’Université de Göttingen. D’une durée de 5 mois, cette expérimentation consiste à utiliser la plateforme de carnets de recherche Hypothèses pour tester des manières innovantes d’évaluer les articles dans les revues de sciences humaines et sociales et de les soumettre au commentaire de la communauté académique. Cette expérimentation donnera lieu à la publication d’un rapport dans les premiers mois de l’année 2016 ainsi qu’à une communication dans la conférence ElPub 2016.

OpenEdition Italia

En 2015, le projet OpenEdition Italia a redémarré après plusieurs mois d’inactivité en raison de blocages administratifs en France. Le Conseil Scientifique d’OpenEdition a tenu sa première réunion en présence à Florence à la fin de l’année, ce qui lui a permis d’établir ses critères de sélection concernant les candidatures italiennes aux plateformes d’OpenEdition et d’élire sa présidente et sa déléguée au Conseil Scientifique d’OpenEdition. Un accord-cadre de coopération avec l’Université de Turin a par ailleurs été signé. Plusieurs formations à l’utilisation de la plateforme Hypothèses ont été organisées (à Turin et Padoue), ainsi que des missions de prospection à Rome. Le redémarrage de notre partenariat avec la société Lexis de Turin a permis l’ouverture d’espaces éditoriaux dédiés à des publications italiennes sur les plateformes Revues.org et OpenEdition Books.

Conclusion : 2016, l’an 1 de l’infrastructure nationale OpenEdition

Dans un contexte législatif actif, le Cléo a été sollicité par le Ministère de la recherche pour contribuer à la réflexion sur la préparation et l’accompagnement de la Loi numérique. Il a également participé, à travers la Bibliothèque scientifique numérique (BSN), à la consultation publique sur la Loi numérique. Pour la première fois, le législateur français prend en compte l’accès ouvert aux résultats de la recherche scientifique financée par des fonds publics. La proposition de 1999 que constituait la création de Revues.org se voit ici confirmée et institutionnalisée. L’accès ouvert n’est plus un mouvement, il fait désormais l’objet d’une politique publique, au sens noble du terme, dans l’intérêt des chercheurs, de la recherche, mais aussi et surtout de l’ensemble de la société, en France et à l’étranger.
Au premier janvier 2016, sur proposition de l’Alliance ATHENA, le Ministère de la recherche a attribué à OpenEdition le statut d’infrastructure de recherche nationale. OpenEdition devient donc une infrastructure de recherche au même titre qu’HumaNum, HAL, et que les accélérateurs synchrotrons (SOLEIL, ESRF), les lasers (LULI), les Tokamaks (JET, ITER, Tore Supra), les centres de diffusion neutronique (LLB, ILL), les réacteurs (RJH, MYRRHA), les avions de recherche instrumentés pour la recherche (SAFIRE), la flotte océanographique de recherche (FOF) et la station polaire internationale CONCORDIA en antarctique. Ainsi, Revues.org, OpenEdition Books, Calenda et Hypothèses s’inscrivent-ils désormais durablement dans le paysage national et européen des SHS. Il s’agit d’une reconnaissance officielle du rôle joué par le Cléo dans la diffusion des résultats de la recherche en sciences humaines et sociales. C’est le résultat du travail collectif réalisé depuis 17 ans au service de la diffusion des connaissances.