2013

Extrait du Rapport d’activités du Cléo 2013

Introduction

2013 a été une année charnière pour OpenEdition puisqu’il s’agissait de la première année effective de mise en œuvre de l’Équipement d’excellence. Cette année a donc été marquée par l’ouverture de la plateforme de livres OpenEdition Books, mais aussi par le développement d’OpenEdition Freemium, le modèle économique pour le libre accès que nous proposons aux éditeurs de sciences humaines et sociales, et enfin par l’accélération de l’internationalisation de nos plateformes, en particulier en Europe.


Les quatre plateformes d’OpenEdition

OpenEdition est une infrastructure complète d’édition électronique et de communication scientifique en sciences humaines et sociales. Elle rassemble quatre plateformes complémentaires dédiées respectivement aux revues avec Revues.org, aux collections de livres avec OpenEdition Books, aux carnets de recherches avec Hypothèses et aux annonces scientifiques avec Calenda. L’ensemble de ces plateformes d’OpenEdition a reçu cette année 37,5 millions de visites annuelles provenant du monde entier.

Revues.org

Revues.org accueille, fin 2013, près de 410 revues adhérentes, parmi lesquelles 340 sont accessibles en ligne et 70 en préparation. La plateforme diffuse plus de 5 850 numéros de revues, et près de 130 000 documents parmi lesquels on compte : 71 500 articles, 33 000 comptes rendus de lecture, 4 000 éditoriaux.

2013 en quelques chiffres
  • 74 nouvelles candidatures de revues ont été reçues,
  • 71 nouvelles adhésions ont été traitées par le comité de validation d’OpenEdition,
  • 61 nouvelles revues ont été acceptées,
  • 41 revues ont inauguré leur site,
  • 13 000 articles ont été publiés en ligne (hors comptes rendus de lecture)

OpenEdition Books

OpenEdition Books a été inauguré en février 2013 avec 300 premiers ouvrages issus de 15 éditeurs. Il diffusait en décembre 2013 plus de 1 000 livres de 31 éditeurs et il sera enrichi chaque année de 2 000 livres supplémentaires.

La plateforme a reccueilli 1 million de visites entre février et décembre 2013. La fréquentation est en progression régulière depuis son inauguration. Une optimisation “SEO” a eu lieu en septembre 2013, qui a immédiatement doublé la fréquentation mensuelle d’OpenEdition.

Hypothèses

Fondée en 2009, Hypothèses regroupe, fin 2013, 802 carnets animés par une communauté de plus de 7000 carnetiers de tous pays. Fin 2013, la plateforme reçoit plus d’un million de visites par mois, soit 25 % de plus qu’en 2012. Elle est devenue la deuxième plateforme d’OpenEdition au titre de la fréquentation.

2013 en quelques chiffres
  • 614 nouvelles candidatures de carnets de recherche, soit 10% de plus qu’en 2012,
  • 232 nouveaux carnets ont été publiés au catalogue d’Hypothèses, soit une croissance de 40% entre en nombre de carnets au catalogue entre fin 2012 et fin 2013,
  • 7 615 carnetiers – porteurs ou auteurs de carnet, associés à un seul carnet ou à plusieurs, fin 2013,
  • 32 000 billets et 7500 commentaires publiés.

Calenda

Fondé en 2000, Calenda regroupe fin 2013 plus de 24 000 annonces d’évènements en libre accès. Près de 400 annonces sont ainsi suggérées et traitées chaque mois. En 2013, Calenda a rassemblé 1,5 millions de visites. En 2013, l’équipe de validation de Calenda a reçu 4364 suggestions d’annonces et en a publié 3441, soit un taux de rejet de 21 %. Le nombre d’annonces publiées est constant entre 2012 et 2013, et reste au niveau le plus élevé depuis la naissance de Calenda.

OpenEdition Freemium

OpenEdition Freemium est un programme pour le développement du libre accès. Ce programme ce décline en deux offres, une première lancée en 2012 intitulée OpenEdition Freemium for Journals est dédiée aux revues. Une deuxième offre intitulée OpenEdition Freemium for Books a été lancée en octobre 2013, elle permet à un consortium de plus de 30 éditeurs de développer un modèle innovant pour la diffusion des monographies de sciences humaines et sociales. Les contenus en libre accès diffusés sur les plateformes d’OpenEdition – revues, livres, carnets de recherche et annonces scientifiques – sont complétés par des services et formats premium conçus et mis à disposition exclusivement pour les bibliothèques et leurs usagers. Ainsi, les textes sont accessibles en libre accès au format HTML pour tous, et ils sont téléchargeables dans des formats détachables (PDF, ePub) pour les utilisateurs des bibliothèques et institutions abonnées.

Le modèle de l’Open Access Freemium participe de cette façon à une meilleure dissémination des résultats de la recherche tout en permettant aux bibliothèques de jouer pleinement leur rôle de médiatrices. OpenEdition propose une voie du libre accès où ni l’auteur ni le lecteur n’ont à payer pour lire et publier, elle se fixe pour objectif de garantir la qualité du travail d’édition scientifique sans remettre en cause le bon fonctionnement de l’écosystème éditorial.

La totalité des revenus engendrés par les programmes freemium est réinvestie dans le développement de l’édition électronique scientifique en libre accès. 66,6 % du chiffre d’affaire est reversé aux éditeurs partenaires (revues et livres), 33,4 % du chiffre d’affaire des offres freemium sera conservé par OpenEdition pour continuer d’assurer la qualité des services premium et à développer de nouveaux services adaptés aux besoins des chercheurs et des étudiants.

Dès sa première année d’existence, OpenEdition Freemium permet d’apporter aux éditeurs adhérents des revenus à même de contribuer, parfois significativement, au travail d’édition des titres membres du bouquet de revue.

Progression et réception des offres

OpenEdition propose deux offres freemium et développe une stratégie de diffusion multicanal en direction de toutes les parties de l’Internet où l’économie de l’attention peut se porter : campus de recherche, bibliothèques universitaires, librairies électroniques. OpenEdition Freemium Journals (OEFJ) constitue la première offre lancée fin 2011. En 2013, OpenEdition Freemium for Journals a reçu l’adhésion de près de 90 bibliothèques et institutions. Cette offre reçoit également l’adhésion des éditeurs de revues puisque 120 titres ont souhaité intégrer ce bouquet et adopter l’Open Access Freemium pour 2014. OpenEdition Freemium for Journals a permis à plusieurs titres d’abolir leur barrière mobile et d’adopter le libre accès.

OpenEdition Freemium for Books (OEFB) a été lancée le 30 octobre 2013. Cette deuxième offre commerciale est dédiée aux livres. Elle permet aux éditeurs membres du consortium
d’OpenEdition Books d’assurer la diffusion de leurs livres auprès des bibliothèques en France comme à l’échelle internationale. Les éditeurs ont adhéré au modèle de diffusion en libre accès de leurs ouvrages : ils ont largement dépassé l’obligation initiale de proposer 50% de leurs livres en Open Access freemium et dépassent collectivement les 70% de livres diffusés dans ce modèle. En raison de la qualité des collections, de l’ergonomie de la plateforme et de la valeur d’usage des livres (libre accès, absence de DRM et de quota) cette offre a déjà reçu un accueil très favorable de la part des bibliothèques qui ont souhaité acquérir les livres des collections proposées dès la première semaine de lancement. Une des marques notables de la très bonne réception des offres freemium par les bibliothèques universitaires a été leur labellisation “or” en 2013 par le consortium Couperin des deux offres.

Au cours de cette année, 98 tests de l’offre OpenEdition Freemium ont été ouverts pour des bibliothèques universitaires, des établissements de recherche et des centres de documentation spécialisés.

L’internationalisation

Cette année, OpenEdition a considérablement accru ses efforts afin de développer sa présence à l’étranger tant en favorisant le développement de contenus dans toutes les langues qu’en accueillant des contenus produits dans tous les pays du monde, mais aussi en structurant sa présence internationale par le développement de partenariat stratégique avec des acteurs de l’édition scientifique de différentes pays. L’accent a été mis sur l’Europe, identifiée comme zone prioritaire de développement. C’est dans ce cadre qu’OpenEdition a rejoint l’infrastructure européenne pour les humanités numériques Dariah. L’ensemble de nos plateformes constituent des contributions françaises à cette infrastructure dans sa partie “Dissemination and digital publishing”, que nous coordonnons.

L’ouverture d’OpenEdition Books en février 2013 s’est accompagnée d’une intense politique de démarchage en direction d’éditeurs situés hors de France et publiant dans d’autres langues que le français. Ces actions ont abouti à la conclusion de nouveaux partenariats en Allemagne (avec l’éditeur C. H. Beck), Italie (avec Accademia University Press), en Grande-Bretagne (avec Open Book Publishers) et au niveau européen (avec Oapen). Par ailleurs, la plateforme accueille déjà 116 livres en anglais, et 71 en espagnol.

Afin de réussir son internationalisation, OpenEdition s’appuie sur 3 actions stratégiques :

  • Des campagnes de formation à l’étranger et dans la langue du pays.
  • La mobilisation de l’équipe des différents pôles pour assurer une représentation fréquente d’OpenEdition dans les principaux salons.
  • L’internationalisation de son Conseil scientifique et la mise en place de conseils scientifiques par aire linguistique.

Cette volonté d’internationalisation se matérialise sur l’ensemble des plateformes par une présence de plus en plus importante de contenus dans une autre langue que le français ou produits hors de France, mais aussi par la mise en place et l’approfondissement de partenariat avec des institutions ou des organismes étrangers (Fondation Calouste Gulbenkian et CRIA, Max Weber Stiftung, Uned, Fondation Oapen). OpenEdition dispose de bureaux et de salles de formation à Paris, Marseille et Lisbonne.

En terme de contenus, plus de 22 % des revues adhérentes sont publiées hors de France et 9% des revues adhérentes ont pour langue principale une autre langue que le français. Le programme Lusopenedition a permis l’arrivée de plusieurs revues lusophones sur la plateforme. Elles sont désormais au nombre de 27. 24 % des carnets de recherche sont publiés dans une langue qui n’est pas le français et 24 % des carnets sont publiés hors de France. La plateforme germanophone d’Hypotheses, inaugurée en janvier 2012, comptait 39 carnets de recherche à la fin de l’année 2012 et en compte aujourd’hui 85, ce qui témoigne d’une belle vitalité de cette communauté. La plateforme hispanophone d’Hypotheses, inaugurée en mars 2012, comptait 16 carnets de recherche à la fin de l’année et 23 aujourd’hui. Pour cette dernière, un important travail de reconfiguration du comité scientifique a été accompli au cours de l’année qui devrait porter ses fruits en 2014. Du côté de Calenda, 12% des événements publiés en 2013 avaient une langue principale autre que le français. 11% des annonces publiées par Calenda en 2013 étaient multilingues, c’est-à-dire en au moins deux langues. 24% des événements annoncés par Calenda en 2013 ont eu lieu hors de France (17% en Europe, 7% hors Europe).

OpenEdition Lab

OpenEdition Lab est la branche recherche et développement d’OpenEdition. Elle vise à développer des fonctionnalités de lecture, d’écriture, de navigation et de recommandation de nouvelle génération. Elle se décompose en trois axes majeurs.

La fouille de textes

En collaboration avec le Laboratoire des sciences de l’information et des systèmes (LSIS, partenaire de l’Equipex DILOH), nous menons des recherches en fouille de textes et en traitement automatique de la langue permettant de proposer, à l’échelle de toutes nos plateformes, de nouveaux services aux éditeurs et aux lecteurs. Initialement financés par deux Google grants for Digital Humanities successifs, ces programmes de R&D se développent dans le cadre de divers financements (Équipement d’excellence, Investissements d’avenir, Région PACA, etc.) dans la mise au point de nouvelles fonctionnalités.
BILBO. Automatic Annotation of Bibliographical References

Le premier projet de recherche “Robust and Language Independent Machine Learning Approaches for Automatic Annotation of Bibliographical References in DH Books, Articles and Blogs” a été mis en place en mars 2011. BILBO, nom de ce logiciel, a pour but la reconnaissance et la structuration automatique des références bibliographiques, que ce soit sous la forme de bibliographies structurées en fin d’article, de notes de bas de page ou de citations au fil du texte, dans la documentation numérique scientifique présente sur les quatre plateformes d’OpenEdition. Cet outil aura des fonctions de cross-linking à l’intérieur des plateformes mais aussi vers des plateformes et sites externes. L’identification des éléments constituant les références permettra d’interroger un Web Service tel que celui de CrossRef pour relier la référence à son DOI (Digital Object Identifier) et permettre la navigation entre les différents objets numérique par résolution de noms. La mise en production par étapes de Bilbo est en cours depuis le mois de janvier 2014.

Financement : Google Grants, Programme ANR « Contenus et Interactions » CAAS (Contextual Analysis and Adaptive Search)

Partenaires : LSIS, OpenEdition.

Inter-textes. Mise en relation avancée de contenus scientifiques et économiques

Le projet Inter-Textes vise à valoriser et mettre en relation des ensembles de documents de nature scientifique par le biais de citations, d’allusion, de reprises, de références ou de liens hypertextes. Il s’agit de concevoir et développer des fonctionnalités d’agrégation de contenus scientifiques, de restructuration des documents, de validation des sources, de cross-linking des contenus et d’un système de recommandation. Des analyses sur la mise en page des contenus, des contenus textuels (analyse sémantique) de leurs liens (références croisées entre les documents) et sur les usages (analyse des logs) complèteront le processus de recherche.

Dans le cadre de ce programme de recherche, Inter-Textes vise à valoriser les documents de nature scientifique par le développement de modules logiciels facilitant leur mise en relation, de manière implicite (par exemple par leurs thématiques) soir de manière explicite (par allusion, par citation, etc.). Ces outils de navigation, enrichissant le cheminement au sein des contenus, seront proposés aux lecteurs sous la forme d’une page d’accueil personnalisée leur permettant d’obtenir un aperçu de leur domaine de recherche ou d’un domaine connexe, et par la génération de newsletters thématiques. Après une première phase de développement de modules logiciels, les premiers tests seront pratiqués au cours de l’année 2014.

Financement : Investissements d’avenir (Programme « Développement de l’Economie numérique géré par la Caisse des dépôts et consignations).

Partenaires : LSIS, OpenEdition, QWAM CI, Demain Un Autre Jour (DUAJ).

AgoraWeb. Recommandation automatique et analyse dynamique de critiques de livres sur le Web

Le projet AgoraWeb a pour objectif le développement de méthodes numériques robustes, applicables à grande échelle pour rechercher efficacement sur le Web un ensemble pertinent d’informations et de commentaires liés à la parution d’un ouvrage. Il s’agit de parvenir à un système de recommandation de lectures d’ouvrages et de commentaires s’appuyant sur des données de natures diverses (données d’usages internes (logs, contenus de la plateforme) et externes (réseaux sociaux, Web) pour l’identification d’ouvrages et de thèmes faisant l’actualité (phénomène de buzz). Les premiers tests du logiciel ECHO sont actuellement en cours sur la détection et l’analyse des compte-rendus de lecture sur OpenEdition.

Financement : Région PACA.

Partenaires : LSIS, OpenEdition