2016

Extrait du Rapport d’activités du Cléo 2016.

Le pari de l’accès ouvert

Devenue une infrastructure de recherche nationale en 2016, OpenEdition a poursuivi sa croissance au cours de cette année, qui correspond au mi-parcours de l’Équipement d’excellence. Les enseignements déduits du chemin parcouru vont nous permettre d’adapter nos méthodes et nos stratégies.

L’équipe du Centre pour l’édition électronique ouverte a magnifiquement travaillé, à la fois sur le plan du développement des quatre plateformes, de l’intégration de nouveaux projets éditoriaux, du développement des bonnes pratiques, de la formation, de la réécriture du code de briques logicielles fondamentales, de la consolidation de notre système d’information, de l’innovation éditoriale, de l’évolution fonctionnelle, de notre inscription dans le paysage européen et de la conquête de nouveaux horizons freemium. Un jury composé d’industriels et de chercheurs en a reconnu le caractère innovant et structurant (Médaille de l’innovation du CNRS 2016). Un des symboles de ce succès confirmé est l’arrivée de la revue Sociologie du travail, revue majeure qui a décidé de quitter Elsevier pour rejoindre OpenEdition.

L’année 2016 est marquée par une victoire importante sur le front de l’emploi : pour la première fois, les revenus du freemium ont permis de financer des contrats à durée indéterminée. Ce sont 2,5 CDI qui ont pu être signés par Protisvalor Méditerranée grâce à cette ressource nouvelle : un pour le pôle freemium, un pour OpenEdition Lab, un demi pour Calenda. Le pari du freemium est donc en passe d’être gagné, ce que confirment les progrès dans la proportion de titres qui choisissent l’accès ouvert : 74% des revues, 80% des livres.

L’autre grande avancée porte sur la question européenne. Deux projets européens ont été obtenus, OPERAS-D (400 K€) et HIRMEOS (2 M€), qui constituent des jalons importants vers la construction d’une infrastructure européenne, avec d’excellents partenaires et de nombreux pays. Un profond rapprochement avec le DOAB a également été opéré, ce qui confirme l’implantation européenne d’OpenEdition en tant qu’acteur majeur.

OpenEdition

Nombre de visites annuelles en millions (2011-2016)

La croissance de la fréquentation se poursuit, avec 71 millions de visites en 2016 (une croissance de 9,8%). Cela correspond à 36 millions de visiteurs uniques. La croissance de la fréquentation atteint 9,8% en 2016, contre 28% en 2015 et 19% en 2014. C’est le signe d’une plus grande maturité de la visibilité d’OpenEdition. Les relais de croissance sont désormais, sans conteste, à l’étranger.

Nombre de documents publiés sur OpenEdition (année de publication déclarée) (1999-2016)

En dépit de l’effort de numérisation rétrospective réalisé par OpenEdition Books, le catalogue d’OpenEdition est résolument contemporain. 350 000 documents ont été publiés après 2010, ce qui représente près de deux tiers du catalogue.

Fréquentation mondiale de l’ensemble des plateformes d’OpenEdition en 2016

Les quatre premiers pays consultant OpenEdition sont, en valeur absolue, la France, les États-Unis, l’Allemagne et le Canada.

Fréquentation européenne de l’ensemble des plateformes d’OpenEdition en 2016

La France reste le premier pays de consultation d’OpenEdition, et l’Allemagne le deuxième pays. La sphère francophone reste forte (Belgique, Suisse). Le reste de l’Europe occidentale développant un usage significatif. Plus à l’Est, les usages restent à développer.

Le développement international

L’activité internationale d’OpenEdition s’est structurée en 2016 autour de deux axes : le renforcement des partenariats dans les pays de langue latine et le développement de l’infrastructure européenne OPERAS.

Partenariats en Italie, au Portugal et en Espagne

OpenEdition dispose désormais de partenariats structurels avec des institutions de recherche et d’enseignement supérieur dans ces trois pays de langue latine.

Depuis son lancement, le projet OpenEdition Italia a permis à six revues italiennes d’être diffusées sur Revues.org, à cinq éditeurs académiques de rejoindre la plateforme OpenEdition Books, et à 28 carnets en langue italienne d’être créés sur la plateforme Hypothèses. Le projet repose, depuis 2014, sur un partenariat avec l’Université de Turin (accord-cadre). L’appropriation des outils, technologies et savoir-faire d’OpenEdition par plusieurs partenaires techniques en Italie leur permet désormais d’être relativement autonomes pour la mise en ligne de leurs publications. La première formation Lodel pour la publication des revues italiennes en appropriation a eu lieu cette année en Italie.

Initialement créé en 2011, le projet Lusopenedition, en partenariat avec le Centro em Rede de Investigação em Antropologia (CRIA, Lisbonne) et l’Instituto Universitário de Lisbonne (ISCTE), a été relancé en 2016. Il a abouti à l’adhésion de sept nouvelles revues et de six nouveaux éditeurs lusophones aux plateformes d’OpenEdition, et la reprise de la publication sur plusieurs sites de revues. Dans ce contexte, plusieurs formations à Lodel et présentations d’OpenEdition ont été organisées à Lisbonne et d’autres villes (Faro, Evora, Coimbra). Deux journées scientifiques sur les problématiques de l’Open Access ont été organisées à Lisbonne, en présence des représentants des recteurs de l’ISCTE et de l’Université Nova, ainsi que de la Secrétaire d’État à la recherche du Portugal. Ces rencontres ont permis d’élargir le partenariat avec le Portugal en impliquant de nouvelles universités dans le consortium soutenant le projet LusOpenEdition

Le projet OpenEdition en espagnol a démarré en 2016 sur la base du partenariat existant entre l’Universidad Nacional de Educación a Distancia (UNED, Madrid) et Hypothèses pour les carnets de recherche. Il s’agit aujourd’hui d’élargir cette coopération aux revues et aux livres, aussi bien au niveau scientifique avec un renforcement des compétences du Conseil scientifique hispanophone, qu’au niveau opérationnel avec une coopération technique prévue pour démarrer en 2017 avec le LINHD, laboratoire d’humanités numériques de l’université. Un accord-cadre est en cours de signature.

Développement de la stratégie européenne avec OPERAS

Après les travaux préparatoires entrepris en 2015, l’effort de structuration du réseau européen d’OpenEdition a été poursuivi avec succès. Il a permis d’augmenter le nombre de partenaires du projet Open Access in the European Research Area to Scholarly communication (OPERAS,19 partenaires en provenance de 9 pays membres, la France étant porteuse) ainsi que la crédibilité du projet. La gouvernance du projet a été renforcée autour d’un core group rassemblant quatre acteurs stratégiques en France, en Allemagne, au x Pays-Bas et au Royaume-Uni.

Dans ce cadre, deux projets ont été conçus et présentés dans le cadre Horizon2020, sous la coordination d’OpenEdition. Tous deux ont été retenus pour être financés par la Commission Européenne :

  • HIRMEOS implique 9 partenaires en provenance de 6 pays. D’une durée de 30 mois, pour un montant de 2 millions d’euros, il permettra à 5 plateformes de publications de livres en Open Access de mettre en place de manière coordonnée 5 ensembles de services innovants et à haute valeur ajoutée contribuant fortement à l’amélioration de leur qualité technique et éditoriale. L’objectif est de permettre aux monographies de recherche, objet éditorial propre aux sciences humaines et sociales de s’intégrer dans le développement de la science ouverte.
  • OPERAS-D implique directement 4 partenaires et indirectement l’ensemble du réseau OPERAS. D’une durée de 18 mois pour un budget global de 400 000 euros, il a pour objectif de permettre à OPERAS de réaliser son étude de design. Des études spécifiques (bases technologiques, usages, modèles juridiques et de gouvernance, modèles d’affaires) seront réalisées pour permettre de planifier le développement d’OPERAS au cours des 10 prochaines années. OPERAS-D permettra de soutenir la candidature à  l’European Strategy Forum on Research Infrastructures (ESFRI) en 2017 pour une inscription sur la feuille de route en 2018.
  • Le développement d’OPERAS passe en parallèle par la conduite d’opérations spécifiques : un travail de rapprochement entre OAPEN et OpenEdition a débuté en 2016 pour le développement conjoint du Directory of Open Access Books (DOAB), et devrait aboutir en 2017. Il est prévu que le DOAB devienne à terme un service d’OPERAS. Au cours de l’année 2016, deux opérations ont été menées avec les infrastructures européennes existantes : une expérimentation d’évaluation ouverte par les pairs a été menée en coopération avec OpenAire (projet OpenAire2020) et une école d’hiver a été organisée à Prague sur le thème de la citation de données ouvertes en partenariat avec Dariah (projet Humanities at Scale).

De Revues.org à OpenEdition

La Loi pour une République numérique du 7 octobre 2016 entérine l’importance de l’accès ouvert pour le bien commun. Elle confirme la pertinence du projet fondé en 1999 autour de Revues.org, puis développé à travers Calenda, Hypothèses et OpenEdition Books. Alors qu’un nouveau déménagement du siège du Centre pour l’édition électronique ouverte est envisagé pour 2017, confirmant le soutien et la confiance de ses tutelles en ce qui concerne son avenir, il faut se projeter dès aujourd’hui vers l’après 2019, c’est-à-dire vers l’après Équipement d’excellence.

La stratégie est simple et se résume en trois dimensions : infrastructure de recherche, Europe, freemium. OpenEdition est une infrastructure de recherche, elle doit s’inscrire dans la durée, ce qui passe par des financements récurrents, qu’ils proviennent du programme Investissements d’avenir ou d’autres sources solides, c’est-à-dire de ses quatre tutelles et le Ministère de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, mais aussi de l’Union européenne et des bibliothèques françaises, européennes et extra-européennes (freemium). Même si OpenEdition jouera le jeu des appels à projets, ceux-ci ne doivent pas constituer le cœur de son modèle de financement.

Le grand chantier de l’année 2017 sera la migration de l’ensemble des revues de Revues.org vers OpenEdition Journals. Changeant ainsi de nom, Revues.org s’internationalisera plus facilement, et atteindra une masse critique déterminante en rejoignant le même nom de domaine qu’OpenEdition Books : aux 50 000 documents issus des livres s’ajouteront les 180 000 documents issus des revues. Chacune des deux plateformes sera désormais adossée à l’autre, bénéficiant de sa dynamique et de sa notoriété. Après une période de transition de moins de 12 mois, pouvant impliquer une baisse provisoire de la visibilité web, le domaine OpenEdition.org sera prêt à représenter un des noeuds de l’écosystème éditorial scientifique international.