2014

Extrait du Rapport d’activités du Cléo 2014.

Introduction

L’année 2014 a été marquée par un fort dynamisme des plateformes du Centre pour l’édition électronique ouverte. Toutes ont progressé du point de vue de leur fréquentation, mais aussi du point de vue de la sollicitation par les communautés scientifiques et éditoriales auxquelles elles s’adressent. En dépassant 45 millions de visites, OpenEdition a connu une croissance de sa fréquentation de 28 % cette année. Avec une régularité exemplaire, Calenda a encore reçu plus de 4300 propositions d’événements et appels à contributions. Revues.org a encore reçu près de soixante candidatures de revues. OpenEdition Books a eu à traiter plus de 2000 ouvrages, dont 700 ont été mis en ligne en 2014. Hypothèses a traité plus de 600 candidatures de carnets, soit en moyenne plus de deux carnets par jour ouvrés. Les offres OpenEdition Freemium ont également montré leur dynamisme, voyant les résultats commerciaux de l’offre relative aux revues progresser sérieusement, et les résultats de l’offre relatives au livres décoller littéralement. La R&D menée par OpenEdition Lab a débouché sur une application concrète par la mise en production de Bilbo, notre robot bibliographique.

OpenEdition

OpenEdition est une infrastructure complète d’édition électronique au service de la communication scientifique en sciences humaines et sociales. Elle rassemble quatre plateformes complémentaires dédiées respectivement aux collections de livres avec OpenEdition Books, aux revues avec Revues.org, aux blogs de recherche avec Hypothèses et aux annonces scientifiques avec Calenda. L’ensemble de ces plateformes a reçu cette année 48,5 millions de visites mensuelles provenant du monde entier, ce qui correspond à 25 millions de visiteurs uniques !

Revues.org

Revues.org est une plateforme de revues en sciences humaines et sociales. Elle accueille aujourd’hui plusieurs centaines de revues en ligne, soit 120 000 articles, dont 95 % sont en accessible en texte intégral. Revues.org accueille des revues publiées dans 30 pays différents. Chacune de ces publications répond à des critères de qualité scientifique et éditoriale.

La plateforme offre à chaque revues les moyens et les compétences pour maîtriser l’ensemble du processus d’édition électronique, en proposant, gratuitement, un dispositif d’hébergement et de valorisation des textes, ainsi que des outils et des formations pour leur mise en ligne.

Différents modèles de diffusion sont proposés, avec ou sans volet de commercialisation. Les revues peuvent publier parallèlement une édition imprimée ou être exclusivement électronique.

Catalogue

Fondé en 1999, Revues.org accueille, fin 2014, près de 460 revues adhérentes, parmi lesquelles 380 sont accessibles en ligne et 80 en préparation. La proportion des publications en ligne avec celle des publications en préparation est restée constante par rapport à l’année 2013.

Adhésions

Les dossiers de candidatures à Revues.org sont examinés par le Comité de validation, qui réunit le directeur du Cléo, la responsable du pôle information scientifique et la responsable du pôle édition, à la demande de la chargée des adhésions. Le comité de validation est mandaté par le Conseil scientifique d’OpenEdition pour prendre des décisions sur les candidatures de revues, en appliquant les lignes qu’il a définies. En amont, le Conseil scientifique désigne également les experts qui rendent un rapport écrit sur la revue. En aval, il valide ou discute le rapport explicite du Comité de validation, synthèse des observations croisées des experts désignés et des membres du Comité de validation.

En 2014, 56 candidatures ont été traitées par le comité de validation d’OpenEdition et 53 nouvelles revues ont été acceptées (dont certains candidatures datant parfois de 2012 ou 2013)

Cette année, nous avons mis en place une double expertise externe, qui s’est montrée très utile pour éclairer les décisions du Conseil scientifique. Si celle-ci a ralenti le processus d’adhésion, elle  a permis de prendre des décisions plus éclairées d’un point de vue scientifique.

On note une baisse du nombre de candidatures de revues par rapport aux années précédentes, notamment de la part des revues éditées en France. Nous atteignons probablement un plateau par rapport au vivier de revues potentielles. Le nombre de candidatures de revues issues d’autres pays a en revanche augmenté.

Accroissement de la plateforme

47 revues ont inauguré leur site en 2014. 16 500 documents  ont été publiés en ligne sur Revues.org.

Pays de publication

On  note une augmentation des candidatures venant de l’étranger par rapport à l’an passé. En effet, en 2014 26% des demandes d’accession viennent de l’étranger (contre 22% en 2013). 74% des revues sont par ailleurs produites en France. L’aire linguistique s’est également élargie, notamment aux pays lusophones et à l’italien.

Politique d’accès

Nous distinguons quatre politiques d’accès différentes sur notre portail que nous pouvons regrouper en deux grandes catégories :

  • les publications en Open Access constituent plus de la moitié de notre corpus et se décomposent en deux sous-groupes:
    • 28% des revues sont diffusées en Open Access Freemium
    • 37% des revues sont diffusées en Open Access simple
  • celles sous le régime de la Barrière mobile  :
    • 24% ont encore une diffusion en barrière mobile “sèche”,
    • 11% ont adopté une barrière mobile avec diffusion via Cairn.

Notre mission est de convaincre les revues d’opter pour un modèle qui optimisera leur diffusion. Conformément à nos missions, nous privilégions la diffusion en Open Access et suivons les recommandations européennes en invitant les revues à ne pas demander une barrière mobile supérieure à 12 mois.

Nous constatons une augmentation de 7 points des revues en Open Access par rapport à l’année dernière. Elles représentent aujourd’hui 65% des revues adhérentes contre 58% en 2013.

Les modèles de mise en ligne : appropriation (80%) et délégation (20%)

Le modèle de l’appropriation

L’équipe d’OpenEdition forme et accompagne les revues pour qu’elles puissent être autonomes dans la réalisation de leur édition électronique. Ce sont donc les revues qui mettent en ligne leurs propres numéros. Pour les revues qui ne peuvent ou ne souhaitent pas cette appropriation de l’édition électronique, un service de prestations payantes est proposé. La mise en ligne des numéros est alors réalisée par l’équipe d’OpenEdition.

Aujourd’hui ce sont près de 340 revues qui gèrent de façon autonome leur publication en ligne. Pour assurer la réussite de ce modèle approprié un service d’assistance technique aux revues a été mis en place en juin 2010, via une adresse électronique : assistance@revues.org. Cela représente pour 2014 un volume d’échanges de près de 3 000 courriels, soit 250 messages par mois, et 12 messages par jour ouvré.

Le modèle de délégation

Le service assistance du pôle Édition assure en outre le travail de traitement et de mise en ligne de numéros de revues ou de livres lorsque les revues ne souhaitent pas réaliser ce travail par leurs soins. Le travail est alors devisé puis facturé aux revues. 70 revues ont décidé de faire appel à ce service de manière permanente et certaines autres pour le traitement ponctuel d’une partie de leur collection. Le bilan de ce travail est conséquent : 363 numéros ont été traités sur ce mode délégué pour l’année 2014.

Depuis  2009, le service Manuscrits offre aux revues un espace de gestion des articles en ligne, de la soumission à la publication : 12 revues utilisent actuellement ce service https://manuscrits.revues.org/

OpenEdition Books

Fondé en 2013, OpenEdition Books diffuse les ouvrages d’éditeurs partenaires en sciences humaines. La plateforme a pour ambition de construire une bibliothèque internationale pour les humanités numériques et ce, en encourageant les éditeurs à développer le libre accès sur le long terme. Le portail valorise le traitement de toutes les aires culturelles, de toutes les périodes historiques et de la plupart des langues scientifiques.

Catalogue

En 2013, il y avait 1 000 livres sur la plateforme. Notre effort a porté principalement sur l’ajout de nouveaux titres. Ainsi, fin 2014, près de 1 700 livres sont en ligne sur la plateforme, avec 46 éditeurs. Nous avons déjà accepté et démarré le traitement de nombreux autres ouvrages, ce qui nous assure que dans les dix-huit prochains mois nous aurons atteint plus de 3 000 ouvrages. Cela fera d’OpenEdition Books un acteur majeur dans son secteur.

Adhésions des éditeurs

La plateforme OpenEdition Books accueille des éditeurs académiques dans le champ des sciences humaines et sociales proposant un projet éditorial pour une ou plusieurs collections de livres. Les demandes de publications uniques/isolées ne sont pas acceptées.

Une prise de contact préalable à la candidature formelle est systématiquement organisée. Il s’agit d’avoir des précisions sur le projet éditorial de l’éditeur et également d’expliquer en détail les modalités d’adhésion, les politiques d’accès et la contractualisation, les modèles de mise en ligne (appropriation et programme de soutien à la numérisation). Cela permet également d’évaluer en amont l’intérêt scientifique et éditorial du projet avant de lancer le processus d’adhésion.

L’éditeur transmet ensuite sa demande d’accession accompagnée des ouvrages qu’il souhaite mettre en ligne. L’acceptation de la candidature repose sur l’évaluation du dossier par le  Conseil scientifique d’OpenEdition. Il prend en compte la pertinence et l’originalité du projet scientifique, le caractère et le rayonnement scientifique des publications, leur qualité éditoriale, l’adéquation de son projet avec les principes d’OpenEdition et sa faisabilité technique. Le processus d’évaluation se déroule en moyenne sur une période de trois mois.

En 2014, 17 éditeurs ont été acceptés sur la plateforme et 15 nouveaux sites d’éditeurs ont été inaugurés. Parmi les 46 éditeurs déjà présents sur la plateforme, 8 d’entre eux ont proposé 38 nouvelles collections qui ont été acceptées.

Animation du consortium d’éditeurs

Depuis 2011, un groupe initial d’éditeurs a été réuni en consortium, principalement composé de presses universitaires françaises. Il accueille également quelques éditeurs privés, et des

éditeurs non français. Il fonctionne comme une instance de recommandation dans une optique de collégialité. Le consortium rassemble plus de cinquante éditeurs. Une quinzaine d’éditeurs ont été accueillis en 2014 dans le consortium, et ont rejoint OpenEdition Books : Publications de la Sorbonne, Presses universitaires de la Méditerranée, Presses universitaires d’Aix-Marseille, Kit Scientific Publishing (Allemagne), Ledizioni (Italie), Editorial de la Universidad Externado de Colombia (Colombie)….

Une réunion du consortium a eu lieu en mai 2014. Elle a permis de présenter la dynamique des publications et les différents modes d’alimentation de la plateforme, mais aussi le bilan des premiers mois d’exploitation commerciale en bibliothèques et en librairies. Cette réunion a également permis de poursuivre l’échange sur les fonctionnalités du portail, les pratiques d’édition en ligne ou les outils en cours de constitution pour un workflow en ligne de publication et de diffusion.

Hypothèses

Arrivée de Culture Visuelle sur Hypothèses

La plateforme de blogs Culture Visuelle (anciennement http://culturevisuelle.org) a rejoint Hypothèses en 2014. Cette décision, prise conjointement par les équipes d’Hypothèses et de Culture Visuelle en avril 2014, a pris progressivement effet pendant l’année en se concrétisant par l’import de 15 carnets de cette plateforme vers Hypothèses et la naissance du portail Culture visuelle (http://culturevisuelle.hypotheses.org) administré par André Gunthert (responsable de Culture Visuelle et membre du conseil scientifique d’Hypothèses).

Première Assemblée Générale des carnetiers

Le 8 avril 2014 s’est déroulée la première Assemblée Générale des carnetiers, réunissant 71 carnetiers, sur place dans les locaux de l’EHESS ou en visio-conférence. En moyenne, sur la journée, 45 carnetiers étaient connectés à distance. Ils pouvaient ainsi suivre les présentations en vidéo et échanger avec l’ensemble des personnes suivant l’AG grâce à un système de chat. Cet événement a permis de réunir les carnetiers et l’équipe d’Hypothèses autour des enjeux scientifiques et techniques du blogging scientifique et de la plateforme. Par ailleurs, quatre carnetiers ont présenté leurs différentes façons d’utiliser la plateforme. Cette première édition ayant été encourageante, l’équipe d’Hypothèses prévoit de renouveler cet événement en 2015.

Réalisation d’un portail pour le GIS Moyen-Orient et Mondes Musulmans

En 2014, l’équipe d’Hypothèses a réalisé un portail pour le Groupement d’Intérêt Scientifique “Moyen-Orient et Mondes Musulmans” (http://majlis-remomm.fr/). Il s’agit d’un carnet spécifique, disposant de fonctionnalités qui ne sont pas disponibles sur le reste de la plateforme et pour lequel un suivi individualisé a été réalisé. Ce portail a été réalisé au titre d’une prestation. En 2015, le partenariat se poursuivra autour de la maintenance technique du portail et de la contribution de l’équipe d’Hypothèses à son éditorialisation. Ce portail pourra servir de prototype à de futurs portails thématiques, voire aux carnets qui intégreraient une future offre premium sur Hypothèses.

Accroissement de la plateforme

En 2014, l’équipe d’Hypothèses a reçu 681 nouvelles candidatures de carnets de recherche, soit presque 11% de plus qu’en 2013. 622 carnets ont été créés, la différence s’expliquant par le nombre de candidatures refusées, ainsi que par le nombre de candidatures en attente, les candidats n’ayant pas, à ce jour, répondu à nos demandes de précisions concernant leur candidature. Le nombre de carnetiers – porteurs ou auteurs de carnets, associés à un seul carnet ou à plusieurs – est de 10 817 fin 2014. Ces carnetiers ont publié 28 483 nouveaux billets en 2014. 6 918 commentaires ont été postés sur l’ensemble des billets publiés sur Hypothèses sur la seule année 2014. Ces commentaires sont le signe d’une activité d’échange spécifique à cette forme éditoriale, qui aurait pu ne pas s’épanouir alors que l’exposition des commentateurs est proportionnelle à la visibilité de la plateforme, c’est-à-dire très forte.

Calenda

Calenda regroupe fin 2014 plus de 27 000 annonces d’évènements en libre accès. Les annonces sont suggérées par les organisateurs des événements puis sélectionnées, éditées et documentées par une équipe dédiée au sein d’OpenEdition. Près de 400 annonces sont ainsi suggérées et traitées chaque mois. En 2014, Calenda a rassemblé  plus de 1,5 millions de visites.

Évolution de la catégorisation

Le Conseil scientifique de Calenda s’est réuni pour la deuxième fois en  mars 2014. Lors de cette rencontre, ses membres ont pris la décision de créer une nouvelle catégorie d’annonce, les écoles d’été, afin de mieux rendre compte des formes actuelles de production et de transmission scientifiques, notamment à la demande de notre partenaire DARIAH (cf infra). Cette catégorie est proposée aux utilisateurs de Calenda depuis juillet 2014.

Accroissement de la plateforme

En 2014, l’équipe de validation de Calenda a reçu 4318 suggestions d’annonces et en a publié 3256, soit un taux de rejet de 24.6 %. Entre 2013 et 2014, le nombre d’annonces publiées a légèrement reculé. Ceci est consécutif à une très légère baisse du nombre d’annonces soumises (4364 à 4318) mais s’explique principalement par une augmentation du taux de rejet (de 21 à près de 25 %)

Les offres OpenEdition Freemium

Le programme freemium d’OpenEdition se décline en deux offres pour les revues et les livres. OpenEdition propose aux éditeurs et aux bibliothèques de construire une alliance pour le développement d’un modèle économique innovant et durable pour l’édition scientifique en libre accès. Les contenus en libre accès diffusés sur les plateformes d’OpenEdition – revues, livres, carnets de recherche et annonces scientifiques – sont complétés par des services et formats premium conçus et mis à disposition exclusivement pour les bibliothèques et leurs usagers. Ainsi, les textes sont accessibles en libre accès au format HTML pour tous, et ils sont téléchargeables dans des formats détachables (PDF, ePub) pour les utilisateurs des bibliothèques et institutions abonnées ou ayant acquis des livres.

Le modèle de l’Open Access Freemium participe de cette façon à une meilleure dissémination des résultats de la recherche tout en permettant aux bibliothèques de jouer pleinement leur rôle de médiatrices. OpenEdition propose une voie du libre accès où ni l’auteur ni le lecteurs n’ont à payer pour publier et lire, elle se fixe pour objectif de garantir la qualité du travail d’édition scientifique sans remettre en cause le bon fonctionnement de l’écosystème éditorial. OpenEdition Freemium développe un modèle économique de l’édition scientifique respectueux de ses acteurs (chercheurs, éditeurs, bibliothécaires, libraires). Cette voie est en phase avec la volonté de la communauté scientifique, des États et des entités supra-nationale, telle que la Communauté Européenne, de se doter d’un dispositif de communication scientifique efficace et garantissant un retour sur les investissements financiers et humains qui y sont engagés.

Modèle économique

La totalité des revenus engendrés par les programmes freemium est réinvestie dans le développement de l’édition électronique scientifique en libre accès. 66,6 % du chiffre d’affaire est reversé aux éditeurs partenaires (revues et livres), 33,4 % du chiffre d’affaire des offres freemium sera conservé par OpenEdition pour continuer d’assurer la qualité des services premium et à développer de nouveaux services adaptés aux besoins des bibliothèques et de leurs usagers.

OpenEdition Freemium permet d’apporter, aux éditeurs adhérents, des revenus à même de contribuer, parfois significativement, au travail d’édition des titres membres du bouquet de revue. Le modèle freemium amorce la mise en place d’un cycle économique vertueux où tout les flux financiers sont dirigés vers la publication, la médiation et la dissémination des résultats de la recherche sans évaporation dommageable pour la communauté scientifique, les bailleurs de fonds et les citoyens contribuables.

Diffusion des livres en librairie électronique

Depuis fin octobre 2013, les livres d’OpenEdition Books sont diffusés en librairie électronique par l’intermédiaire de la société Immatériel (http://www.immateriel.fr/). Ce partenariat permet à OpenEdition et aux éditeurs adhérents du programme Freemium de diffuser leurs livres auprès d’un réseau de plus de 150 librairies. Parmi ces librairies on trouve aussi bien des revendeurs de dimension internationale tels qu’Amazon, Apple Ibookstore, Kobo, des revendeurs centrés sur un pays ou un zone géographique tels que Fnac.com en France ou Archambault au Québec ou encore des librairies indépendantes telle que la librairie Mollat (Bordeaux, France). OpenEdition Freemium accompagne les éditeurs dans l’établissement d’une politique tarifaire et le choix des modalités de diffusion. La progression des ventes est constante depuis l’activation de ce mode de commercialisation et suit la croissance du catalogue d’OpenEdition Books. Plus de 4000 livres ont été vendus en 2014.

Diffusion des versions imprimées des livres en librairie

OpenEdition Books propose systématiquement aux éditeurs adhérents un partenariat avec des libraires papiers et des sites de vente en ligne. Ce système d’affiliation à la carte permet aux éditeurs de valoriser et vendre les exemplaires imprimés des livres. Comme pour la diffusion électronique, la stratégie d’affiliation permet une dissémination à travers les acteurs majeurs du commerce en ligne tel qu’Amazon, mais aussi, et c’est très important, via 200 librairies indépendantes grâce notamment à Place des Librairies et son système de géolocalisation.

Un dispositif technique complet pour une intégration optimale dans le système d’information des bibliothèques

L’espace acquéreur d’OpenEdition Freemium

Les bibliothèques désireuses acquérir des ouvrages de la plateforme OpenEdition Books disposent d’un espace personnel dans lequel elles peuvent consulter l’ensemble du catalogue de livres avec leurs prix et passer des commandes. Elles peuvent en outre télécharger la liste des livres au format xls et les notices des livres au format MARC21 ou UNIMARC.

Notices Marc pour OpenEdition Books

En 2013 l’équipe d’OpenEdition a mis en place la production automatique de notices Unimarc et Marc21 pour chaque livre disponible sur OpenEdition Books. Plusieurs échanges avec l’ABES ainsi qu’avec une bibliothècaire de UCLA ont permis l’amélioration de la qualité des notices délivrées aux bibliothèques. Ce processus a abouti en fin d’année. L’intégration des notices dans le catalogue du SUDOC est maintenant effectif.

OAI-PMH

Le dépôt OAI d’OpenEdition a été complètement réécrit pour délivrer désormais les métadonnées de l’ensemble des plateformes d’OpenEdition (Revues.org mais aussi OpenEdition Books, Hypothèses et Calenda). Le nouveau dépôt OAI (http://oai.openedition.org) contient début 2015 plus de 273 000 records au format Dublin Core simple.

DOI (Digital Object Identifier)

Des DOIs sont actuellement déposés pour 258 revues. À ce jour, 62 369 DOIs ont été déposés (cumul 2014 et années précédentes). Les livres seront dotés de DOI en 2015 ou 2016.

KBART

Le format Kbart pour les coverage lists a été mis en place en 2013 pour les revues et les livres. Il est utilisé notamment par les éditeurs de bases de données comme EBSCO pour son outil AtoZ.

ISSN

OpenEdition prend en charge la politique de demande d’attribution d’ISSN pour les versions électroniques des revues et pour les carnets de recherche. 47 ISSN ont ainsi été attribués à des revues de Revues.org en 2014 : 39 à des revues publiées en France, 8 à des revues publiées hors de France. Le travail de référencement lié aux ISSN vise aussi l’amélioration des notices de la Base Internationale de l’ISSN (signalement de nos URL dans des notices existantes par exemple). 465 ISSN ont également été attribués à des carnets de recherche d’Hypothèses publiés en France et à l’étranger.

Toucher les publics

La formation

OpenEdition développe une politique de formation à l’édition électronique et participe à la formation des personnels de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche dans le contexte du développement des humanités numériques. La spécificité des formations proposées par OpenEdition est d’offrir une vision large de l’édition électronique, d’inscrire chaque type de publication dans l’environnement numérique mis à la disposition des chercheurs, des enseignants, des étudiants, des personnels ingénieurs et techniciens et des éditeurs mais aussi de proposer des solutions techniques simples.

Ces sessions de formations pratiques et journées d’études consistent à propager des compétences fortes en édition électronique et à encourager et structurer le développement des digital humanities, pour que l’édition électronique ne soit pas seulement une affaire d’informaticiens, mais soit aussi fortement intégrée dans le travail des auteurs acteurs de l’édition : les éditeurs, les bibliothèques et les chercheurs.

OpenEdition a formé 910 personnes en 2014 grâce à une politique de formation très diversifiée.

Formation Lodel

80 % des revues sur Revues.org assurent directement la mise en ligne de leur contenu en utilisant le logiciel d’édition électronique Lodel. Pour faciliter la prise en main de Lodel, OpenEdition organise des sessions de formations mensuelles et gratuites pour les nouveaux utilisateurs du logiciel. Elles proposent l’initiation et l’apprentissage du logiciel : préparation et publication des documents, organisation documentaire des contenus etc. Le nombre de personnes formées à l’étranger est en hausse pour 2014, notamment en Amérique latine. A noter en particulier, une session de formation organisée conjointement par OpenEdition, l’AEDRES et les Presses universitaires de Caen sur la structuration XML et l’édition électronique à laquelle ont participé une centaine de personnes du réseau de la Red de Editoriales de las Universidades Nacionales (REUN)  à Buenos-Aires..

En 2014, 271 personnes ont été formées en France et à l’étranger.

Formation Hypothèses

Afin d’accompagner le développement de la plateforme d’Hypothèses, OpenEdition organise chaque année une série de formations à destination de tous les utilisateurs déjà inscrits ou désireux d’ouvrir un carnet de recherche. Ces formations permettent aux participants de créer, configurer et personnaliser leur carnet de recherche et de maîtriser l’ensemble des fonctionnalités d’édition et de gestion qui leur sont offertes avec WordPress (logiciel de la famille des CMS, permettant de gérer des contenus web). Cette formation pratique comporte aussi une introduction aux enjeux du blogging scientifique et une présentation des pratiques existantes. Sur 275 personnes formées à l’étranger, 118 l’ont été par la Fondation Max Weber, notre partenaire à Bonn, et 123 par l’équipe espagnole d’Hypothèses (en Espagne et en Argentine). L’implication de nos partenaires allemands et espagnols dans ces formations témoigne du dynamisme des équipes d’Hypothèses et contribue grandement au développement et au rayonnement d’Hypothèses sur la scène internationale des sciences humaines et sociales.

En 2014, 469  personnes ont été formées en France et à l’étranger.

OpenEdition Freemium

Ces formations sont destinées aux usagers, aux formateurs et aux personnels des bibliothèques et institutions abonnées à l’offre OpenEdition Freemium. Elles présentent les ressources documentaires, les fonctionnalités et les nouveautés d’OpenEdition.

En 2014, 170 personnes ont été formées en France.

Référencement

OpenEdition mène une politique systématique et ciblée de référencement. Les équipes des Pôle freemium et du Pôle information scientifique mènent conjointement un travail constant et régulier de référencement des contenus publiés sur les plateformes d’OpenEdition. Ce travail passe en premier lieu par une structuration de l’information conforme à l’état de l’art et aux normes et standards internationaux. Les métadonnées produites par les revues et carnets de recherche sont par exemple facilement récupérables par les principaux logiciels de gestion bibiographique tels que Zotero.

OpenEdition œuvre également à l’identification de ses publications par les outils et index de référence qui structurent le paysage documentaire international. C’est ainsi que des DOI (Digital object identifier) sont déposés auprès de l’agence Crossref pour les articles des revues de Revues.org et bientôt pour les livres et chapitres d’OpenEdition Books. Des ISSN sont attribués à l’édition électronique de toutes les revues mais aussi aux carnets de recherche.

OpenEdition noue également des accords de partenariats avec les acteurs de l’industrie de l’information scientifique. Ces accords permettent aux publications publiées sur les plateformes d’OpenEdition d’être moissonnées et référencées dans les outils utilisés par les bibliothèques : Serials Solutions 360 Link, Ebsco AtoZ, Ebsco Discovery Service, ExLibris Sfx, ExLibris Primo Central, Proquest Summon,  LinkSolver/Links@Ovid.

Ce type de référencement permet aux bibliothèques de mieux valoriser nos contenus et aux usagers d’y avoir un accès plus simple et direct. OpenEdition considère que le référencement fait partie des services offerts aux bibliothèques dans ses offres freemium. Ce service se personnalisera et se développera pour les bibliothèques dans les années à venir .

Référencement à destination de bases ouvertes

Notre politique de référencement permet également d’intégrer nos contenus dans des projets dont la vocation est de proposer un service à des communautés scientifiques particulières tels que : Mir@bel (réservoir de sommaire de revues, piloté par Sciences Po Lyon, Sciences Po Grenoble et la Bibliothèque Diderot de Lyon, http://www.reseau-mirabel.), JournalTocs (base de sommaires dédiée aux usagers de Grande Bretagne, http://www.journaltocs.ac.uk/), Elektronische Zeitschriftenbibliothek (EZB, accès aux collections de revues pour la communauté allemande, http://leo.hypotheses.org/4) ou encore à la communauté scientifique toute entière comme le DOAJ (Directory of Open Access Journals, http://leo.hypotheses.org/9686) que nous soutenons. Nous avons également commencé à indexer les livres en Open Access dans le DOAB (Directory of Open Access Books). OpenEdition et le DOAB ont renforcé leur collaboration en signant un accord de partenariat.

Les bases des industriels de l’information et leurs problèmes spécifiques

Un jeu de métadonnées demandé par Google Scholar a également été implémenté pour optimiser le référencement des contenus des plateformes dans le moteur de recherche académique. Des négociations ont abouti avec Elsevier pour un référencement optimal dans la base de donnée Scopus. La signature d’un accord encadre rigoureusement les usages d’indexation autorisés à Elsevier par OpenEdition.

OpenEdition est toujours en cours de dialogue avec avec Thomson Reuters pour une intégration régulière des titres de Revues.org dans l’ISI Web of Science.

Les labels

A suite de profonds changements durant l’année 2014 au sein du DOAJ, nous n’avons pas pu proposer de nouvelles revues. 133 revues de la plateforme sont incluses dans le DOAJ et 96 d’entre elles bénéficient du DOAJ Content. Le classement ERIH labellise 80 revues de la plateforme tandis que le classement brésilien, WebQualis , en labellise 77. Enfin, 63 revues sont soutenues par l’Institut des Sciences Humaines et Sociales du CNRS.

L’internationalisation des plateformes

Revues.org

Au sein du groupe de revue édité hors de France, les pays francophones (Belgique, Canada et Suisse) représentent 38% du groupe, on note cependant une présence importante des pays lusophones (27% du groupe) et de l’Italie qui a fait son entrée en 2013 sur la plateforme et représente 8% du groupe des revues publiées à l’étranger.

Les langues de publication reflètent l’internationalisation des revues adhérentes. Une grande partie des revues de la plateforme accepte des articles dans au moins 2 langues. La seconde langue de publication est l’anglais (19 %) alors que peu de revues de la plateforme sont publiés dans des pays anglophones, on trouve ensuite l’espagnol 7% et du portugais 5%.

Fin 2014, 22 % des 458 revues adhérentes à la plateforme Revues.org fin 2014 sont éditées à l’étranger.

OpenEdition Books

Concernant la plateforme OpenEdition Books, 11 éditeurs du Consortium sur 51, soient plus de 20%, sont étrangers : Italie, Allemagne, Royaume-Uni, Suisse, Hongrie, Canada, Colombie. Il convient d’ajouter à cela les services de publications des Instituts français de recherche à l’étranger présents sur la plateforme (10 éditeurs), qui produisent une partie de leur catalogue avec des auteurs ou des coéditeurs de leur pays d’implantation, dans les langues de leur aire de recherche, : anglais, espagnol, italien, arabe, turc.

Fin 2014, plus de 20 % des ouvrages publiés sur la plateforme ont une langue principale autre que le français.

Hypothèses

La plateforme germanophone d’Hypotheses, inaugurée en janvier 2012, comptait 39 carnets de recherche à la fin de l’année 2012 et en compte aujourd’hui 108, ce qui témoigne d’une belle vitalité de cette communauté grâce au travail de community management de la Max Weber Stiftung. La plateforme hispanophone d’Hypotheses, inaugurée en mars 2012, comptait 16 carnets de recherche à la fin de l’année et 28 aujourd’hui. Un conseil scientifique a été crée pour la langue anglaise avec 109 carnets à la fin de l’année 2014.

Fin 2014, 29 % des carnets de recherche sont publiés dans une langue qui n’est pas le français et 29 % des carnets sont publiés hors de France.

Calenda

Du côté de Calenda, 10% des événements publiés en 2014 avaient une langue principale autre que le français. 20% des événements annoncés par Calenda en 2014 ont eu lieu hors de France (13 % en Europe, 7% hors Europe).

En 2014, la priorité a été le développement des partenariats avec les acteurs de l’édition scientifiques en Europe et l’inscription dans la feuille de route de l’ESFRI (European Strategy Forum on Research Infrastructures). Par ailleurs, l’internationalisation des plateformes s’est poursuivie.

Partenariats

Allemagne

Le partenariat avec la fondation Max Weber en Allemagne a été consacré à la préparation d’un projet Horizon2020 (EINFRA-9-2015) coordonné par les allemands et à la préparation de la réponse d’un appel d’offre international de l’ANR (appel à projets générique 2015 PRCI).

Italie

Le projet OpenEdition Italia (http://openeditionitalia.it) qui vise à promouvoir l’utilisation des plateformes Openedition en Italie, se développe et gagne en visibilité. Le projet a pu être présenté lors des plusieurs rencontres sur l’édition électronique, la communication scientifique et les digital humanities. Un accompagnement des éditeurs italiens souhaitant adhérer à Opendition Books et à Revues.org a été mis en place. Le projet s’est doté d’un Conseil scientifique afin de développer des nouveaux appuis institutionnels et orienter son développement futur. Un accord de partenariat a été signé avec l’Université de Turin visant à mettre en place des projets communs pour 2015 et les années suivantes.

Portugal

Le partenariat avec la Fondation Gulbenkian au Portugal s’est terminé au cours du premier semestre 2014.

Europe du Nord

Un accord de partenariat a été souscrit avec la fondation OAPEN (Pays-Bas) pour garantir l’interopérabilité technique entre les deux plateformes, pour appuyer la création de la version française du DOAB (Directory of OPen Access Books) et pour en soutenir la promotion auprèsdu public francophone.

Amérique du Nord

OpenEdition a été le premier partenaire européen du PKP (Public Knowledge Project, Canada). La coopération porte sur  l’amélioration de la gestion du workflow éditorial qui sera effectuée grâce à l’interoperabilité entre deux logiciels de gestion des contenu :  OJS (Open Journal System) et Lodel. La collaboration concerne également la traduction de la documentation et des interfaces en français.

Argentine

A l’automne 2014, une mission de formation en Argentine a été organisée à la demande de la REUN, réseau des éditeurs universitaires publics argentins, en coopération avec l’AEDRES (Association des Éditeurs de la Recherche et de l’Enseignement Supérieur) et OpenEdition. Cela a été l’occasion d’un transfert de compétences et de nombreux échanges avec les presses universitaires argentines. Deux projets pilotes sont prévus : le premier entre le Cléo et EDIUNC (éditeur de l’université de Cuyo) sur OpenEdition Books, le deuxième entre l’AEDRES et l’université de San Martín sur la chaîne XML.

Inscription dans le paysage européen de la recherche (European Reseach Area)

Inscription ESFRI

Le développement international a également porté sur l’inscription d’un projet d’infrastructure dans la feuille de route ESFRI (European Strategy Forum on Research Infrastructures) à l’occasion de sa mise à jour en 2016. Il s’agit d’une demande de labellisation européenne un projet d’infrastructure, qui aura pour mission de fournir des services concernant les publications en libre accès en sciences humaines et sociales et leur intégration au sein des pratiques de recherche dans ces disciplines. L’infrastructure aura pour mission de proposer aux communautés de recherche en sciences humaines et sociales une plateforme coordonnant les acteurs de la recherche, de la diffusion et de l’archivage des productions de recherche.

DARIAH

L’internationalisation de Calenda a pris une nouvelle dimension en 2014 grâce à la concrétisation du partenariat avec DARIAH, infrastructure européenne pour les humanités numériques. La première étape de ce partenariat, réalisée en 2014, consiste en l’utilisation de Calenda comme agenda dédié par l’ensemble des membres de DARIAH, et à la validation de ces annonces par un membre de DARIAH, formé par l’équipe de Calenda. La prochaine étape sera la promotion de l’utilisation de Calenda auprès de l’ensemble des unités partenaires de DARIAH. OpenEdition participe à une réponse de DARIAH à l’appel à projets INFRADEV-3-2015 lancé dans le cadre du programme-cadre européen Horizon 2020.

OpenAire

OpenEdition participe au projet OpenAire en tant que linked party de Couperin pour produire une expérimentation sur l’OpenPeer review à partir de sa plateforme de carnets de recherche Hypothèses.

OpenEdition Lab

Programme R&D du Cléo, OpenEdition Lab vise à développer des fonctionnalités de lecture et d’écriture et la création d’un système de navigation et de recommandation de nouvelle génération. Elle se compose de deux axes majeurs, d’une part la fouille de textes, d’autre part l’innovation éditoriale.

La fouille de textes

Fruit d’une collaboration interdisciplinaire entre le Laboratoire des Sciences de l’information et des Systèmes (LSIS) et le Centre pour l’édition électronique ouverte (Cléo), l’objectif principal est le développement de services à forte valeur ajoutée en s’appuyant sur les usages, les contenus et les liens entre les documents par l’exploitation d’un très riche corpus en sciences humaines et sociales associant contenus et méta-données normalisés. Les projets développés consistent donc à découvrir et valoriser des ensembles de documents mis ou remis en relation les uns avec les autres.

Bilbo. Annotation automatique des références bibliographiques

Bilbo est le premier programme de recherche et développement du Cléo et du LSIS. Il s’agit d’un logiciel qui détec­te, analyse et annote sémantiquement les réfé­rences biblio­gra­phiques présentes dans toute la documentation numérique, qu’elles soient complètes ou très partielles. Par des méthodes de fouille de texte et d’apprentissage automatique, il identifie les éléments constitutifs pour chaque référence et interroge, de manière asynchrone, un Web service, CrossRef, pour relier la référence à son DOI (Digital Object Identifier), quand celui-ci existe, dans le but de la rendre navigable  et d’accéder directement à la ressource citée.

Depuis mars 2014, le Cléo a déployé sur la plateforme Revues.org cet outil d’annotation et d’enrichissement. Nous pouvons ainsi afficher les DOI des références dans les articles. Nous avons mis à disposition de nos lecteurs, la possibilité de récupérer les références bibliographiques dans les formats APA, MLA ou Chicago. Cette fonctionnalité est accessible aux utilisateurs des bibliothèques abonnées à l’offre OpenEdition Freemium for Journals. Implémenté sur près de 80% des revues de la plateforme, Bilbo a détecté et annoté plus d’un million de références, dont 9,83% ont un DOI cliquable (au 31 décembre 2014).

L’équipe d’OpenEdition Lab travaille actuellement à l’amélioration du logiciel afin de permettre de détecter les références dans les notes de bas de page et les références implicites par de nouvelles méthodes d’apprentissage. Ces améliorations permettront de tester le logiciel sur les références bibliographiques dans les livres de la plateforme OpenEdition Books.

  • Financements : Google Grants for Digital Humanities, Programme ANR « Contenus et Interactions » – Contextual Analysis and Adaptive Search, BPI France – Investissements d’avenir, Équipement d’excellence DILOH
  • Partenaires : LSIS, Cléo
Inter-Textes. Mise en relation avanceée de contenus scientifiques et économiques (publications, rapports, articles, livres blancs…)

Ce projet consiste à valoriser l’ensemble de la documentation scientifique numérique sur le portail OpenEdition par la création de liens, soit par le biais de citation, d’allusions, de références ou de liens hypertextes. L’objectif principal est d’aboutir à un système de recommandation automatique de lecture.

OpenEdition collabore avec deux partenaires industriels, Qwam Content Intelligence et Demain Un Autre Jour dont l’intérêt réside dans le partage des savoir-faire de chacun (reconstitution et restructuration de l’information, outils de collecte et technologie de gestion des contenus numériques, etc.).

Le travail d’OpenEdition Lab porte sur le développement de méthodes permettant la mise en relation des documents en nous appuyant sur plusieurs critères :

  • la proximité lexicale par l’exploitation, la détection et l’extraction des entités nommées (lieux, personnes, date) ;
  • les références bibliographiques en utilisant Bilbo, l’outil de détection et d’annotation des références ;
  • les usages (logs, réseaux sociaux, etc.) ;
  • l’analyse des sentiments.

Dans les prochaines mois, l’équipe va travailler sur l’évaluation des systèmes de recommandation en collaboration avec les partenaires industriels, ainsi que sur la mise en place d’un démonstrateur commun.

AgoraWeb. Recommandation automatique et analyse dynamique de critiques de livres sur le Web

AgoraWeb vise à réaliser un système de recommandation de livres qui s’approche le plus possible de ce que pourrait proposer un expert du domaine sélectionnant des documents en fonction de ceux à qui ils sont destinés et de leur utilisation. En reliant les livres à leurs comptes-rendus, nous souhaitons rendre accessible au public les débats scientifiques.

Le projet pose le problème de la recommandation automatique de livres à partir d’une analyse dynamique du Web, de son contenu et de ses interconnexions implicites et explicites et nécessite la proposition de méthodes informatiques nouvelles mettant en jeu théorie de l’information, traitement automatique des langues et analyse de réseaux.

Au cours de cette année, deux modèles d’analyse des sentiments ont été développés par l’équipe d’OpenEdition Lab à partir de deux types de corpus d’apprentissage (tweets et comptes-rendus) dans le cadre de la campagne d’évaluation Semantic Evaluation (SemEval).

Durant les prochains mois, nous allons adapter et tester les modules d’analyse d’opinion aux comptes-rendus de lecture. À cette fin, un démonstrateur sera mis en place pour évaluer la qualité des analyses.

L’innovation éditoriale

Le constat est partagé par tous : le Web et l’accès ouvert vont modifier en profondeur les pratiques d’écriture, de lecture et d’édition. Conscient de cet enjeu, OpenEdition a lancé plusieurs initiatives pour explorer concrètement des pistes innovantes, comme l’open peer reviewing, le blogging scientifique, l’impression à la demande, la veille collaborative, l’écriture collaborative, etc.

Manuscrits

Le projet Manuscrits répond au besoin des éditeurs de disposer d’un outil permettant un flux de travail clair et intuitif dans tous les aspects du processus de soumission, évaluation, édition et production d’un manuscrit. La mise en place d’un outil de workflow éditorial (digital peer review) pour les presses universitaires est devenue indispensable dans le cadre d’une édition universitaire structurée. Un des apports majeurs de cet outil est de réduire le temps et l’énergie consacrés aux tâches répétitives de gestion liées à la publication de livres tout en améliorant la tenue et l’efficacité du processus de rédaction.

Cet outil permet de recevoir les soumissions des auteurs jusqu’aux dernières révisions avant publication. Il permet de gérer l’échange entre les divers comités, experts extérieurs et auteurs, dans un espace privé, réservé à chaque éditeur. Cet espace permet à l’éditeur d’avoir à tout moment une vision globale de l’état d’avancement des projets en cours tout en répondant à des critères formels d’évaluation et de normalisation des processus éditoriaux.

Durant la première phase du projet Manuscrits (de juillet 2013 à juin 2014), nous avons réalisé une étude de faisabilité puis retenu la solution open source OMP (Open Mongraph Press), développé par le projet canadien PKP (Public Knowledge Project), acteur majeur de l’édition universitaire.

Après avoir conduit une première phase de tests en interne, nous avons présenté la solution à plusieurs éditeurs universitaires, membres de l’AEDRES et constitué un premier groupe de bêta testeurs. La seconde phase du projet Manuscrits, amorcée en juillet 2014, consistera en la formation et l’accompagnement des éditeurs durant leurs tests de la solution retenue. Au cours des prochains mois, nous travaillerons aussi à la consolidation du dispositif et nous accompagnerons les presses universitaires dans la structuration de leurs processus éditoriaux.

En 2014, dans le cadre du projet Manuscrits, OpenEdition a également apporté son soutien au projet canadien Public Knowledge Project (PKP) en devenant Bronze sponsor et premier partenaire européen. Notre participation aux rencontres annuelles du PKP, en octobre 2014 à Vancouver, a été l’occasion de renforcer cette collaboration d’un point de vue opérationnel et de consolider notre position de partenaire d’un des principaux acteurs mondiaux de l’open access.

OpenEdition Press

OpenEdition Press constitue un incubateur d’idées pour l’édition électronique de demain, construit en partenariat avec de nombreux acteurs de l’édition et de la recherche (Science Po Paris, Ambassade de France au Brésil, CAPES, Labex HASTEC). OpenEdition Press est une initiative concrète permettant d’explorer les formes potentielles d’hybridation entre le livre et le numérique.

Trois ouvrages ont été publiés en 2014 :

  • Qu’est-ce qu’un lieu de savoir ?, de Christian Jacob
  • What is the Text Encoding Initiative ?, de Lou Burnard
  • Qu’est-ce qu’une archive de chercheur ?, de Jean-François Bert